Cette semaine, nos médias ont été scandalisés par les propos de Stéphane Mercier, professeur chargé de cours à l’Université Catholique de Louvain (UCL).
Certains médias ont même cru bon d’épingler les « 10 meilleurs extraits » d’un document de 15 pages distribué aux élèves de 1e BAC lors de ce cours de philosophie.

Ce document, bien plus intéressant que les commentaires ou opinions qu’on pourrait trouver dans la presse, vaut la peine d’être lu d’un bout à l’autre.
Il démontre, au contraire de ce qu’en dise les médias, une argumentation scientifique concernant la pratique de l’avortement.

Afin de remettre ces « meilleurs extraits » dans leur contexte, je vous invite donc à lire le document suivant : pro-life-1-1-1490093097.pdf

L’UCL est-elle catholique?

D’autre part, en lisant la réaction de l’UCL, on peut s’interroger sur les valeurs d’une université dite « catholique ».
Les valeurs qu’elle défend ne sont-elles donc plus en adéquation avec l’église dont elle porte le nom?
Les valeurs catholiques ne sont-elle plus la défense de la vie humaine, à quelque stade que ce soit?
L’UCL est-elle gênée par son nom, ses valeurs? Si c’est le cas, il est temps de changer d’unif tant pour les professeurs que pour les élèves qui ne s’y retrouvent.
Ne savaient-ils donc pas en s’inscrivant dans cette université que celle-ci était liée à une église? A en juger de leur réaction face à ce cours, je dirais que non.
Si j’inscris mon enfant dans une école catholique, vais-je m’offusquer de la visite d’un prêtre ou de la présence d’un cours de religion catholique? Non, évidemment!

Et le cdH? Est-il pour ou contre l’avortement?

Et que dire des commentaires trouvés dans la presse par les Jeunes du cdH. Qu’elle est la position de ce parti concernant la question de l’avortement ou de la défense de toute vie humaine?
Car dans une carte blanche adressée par le secrétaire général des jeunes du cdH, nous découvrons la volonté de retirer l’IVG des textes de lois (et donc son extension) et dans une autre opinion publiée dans la libre par un jeune cdH, nous en trouvons son contraire. En tant que citoyen belge défendant les valeurs chrétiennes en faveur de la vie, je préfère voter pour un parti dont je partage, sans ambiguïté, les valeurs.

Il est également regrettable d’entendre de la bouche de politiques ou de libre-penseurs (sic), que certaines valeurs traditionnelles, ou la remise en question de certaines lois jugées progressistes, ne sont plus tolérées dans notre société moderne.
Quid du vivre-ensemble? Quid de la liberté d’opinion ou d’expression? Ce droit serait-il à sens unique ou réservé à une certaine caste?

Paroles d’assistantes IVG

Afin de laisser également la parole à celles et ceux qui travaillent au quotidien dans les centre de planning familial, et qui pratiquent des avortements, j’aimerai également vous partager un autre document trouvé sur le web : aux marges du féminin. Ce document, loin d’être pro-life, est une collection de témoignages, d’impressions, de ressentis des personnes impliquées dans l’industrie de l’avortement. A travers ce document, on découvre les questions éthiques et morales que se posent chaque jour les assistantes sociales et les médecins qui pratiquent les avortements. Il montre à quel point, même pour elles et eux, et malgré leurs points de vues féministes, progressistes, laïcs, l’avortement reste une transgression.

N’y a-t-il pas d’autre issue que l’avortement?

Enfin, ce dernier document soulève un autre problème : la pensée qu’il n’y a pas d’autre solution que l’avortement en cas de grossesse non-désirée. Cela est pourtant faux. D’autres possibilités existent.
Quid de l’adoption? Pourquoi cette solution, vieille comme le monde, n’est-elle pas proposée de nos jours dans les centres de planning familial?
Pourquoi est-elle ignorée ou volontairement mise de côté alors que certains couples sont prêts à parcourir le monde entier pour accueillir un enfant dans leur famille?